Oh ! Rassurez-vous, j’ai largement passé l’âge d’être au préscolaire. Je vous parle ici de la rentrée des classes de nos bout’chous. Et bien, mon mini moi a aussi eu la sienne.

Mais vu la tournure des événements, je me demande bien si je ne lui ai pas volé la vedette.

Le week-end avant la rentrée des classes pourtant, j’étais heureuse et si fière de moi. Vous savez, le style de la mummy qui fait les boutiques pour son bébé.

Me voici d’une boutique à l’autre, d’un rayon à l’autre, cartable, gouache, rame de papier, gourde etc. Côté fourniture, vous savez ce que sait. Mon caddie de courses était plein. J’ai vraiment pris mon pied à fouiner çà et là. Ma satisfaction a été aussi à la hauteur de mes emplettes car j’ai déniché de mignons articles.

Puis, vint le lundi, le jour pour lequel l’on s’est tant apprêté.

Réveil matinal, séances bisous-câlins, bain, petit déjeuner et nous voici prêts pour l’école. Je pensais déjà aux nouveaux amis de mon bébé ; à ce bel environnement d’apprentissage qui allait contribuer à faire de grandir davantage mon petit poucet.

Lorsque la porte de l’établissement s’est ouverte, on a eu droit à un bel accueil, des sourires et des bonjours assez chaleureux. D’autres bambins y étaient déjà ; l’attraction venait donc de nous. Le nouvel arrivant a aussitôt été invité à rejoindre ses nouveaux petits camarades. Maman devait naturellement poser les affaires et s’en aller.

C’est à cet instant précis que bébé a réalisé que mummy ne sera pas de la partie cette fois.

Soudain un « mamaaaaaaaaaaaaaaan !!! » suivi de pleurs s’est fait entendre. C’était mon doudou.

Et je ne sais comment ni pourquoi, mais mes yeux se sont aussitôt remplis de larmes. J’essayais de les retenir mais c’était mal les connaitre ces traitresses. Tout bonnement, je pleurais à mon tour et les larmes dégoulinaient sur mon visage!

L’enfant appréhendait le nouvel environnement et les nouveaux visages. Toutes mes tentatives pour le rassurer en rajoutaient à ses cris. Il s’était littéralement agrippé à mon pied.

Les éducatrices spécialisées ont vite pris les choses en main et avec maestria. Bébé s’était calmé, et semblait même s’intéresser à la décoration des lieux, aux livres pour enfants, aux aires de jeux…

…Et si mon mimi moi s’était calmé, moi je ne m’étais pas encore ressaisie.

Je me suis sentie soudainement de trop dans cet espace. Il y avait comme du ridicule dans l’air. Alors, j’ai pointé le regard direct vers la sortie et je suis partie sans me retourner. Je pouvais ressentir le regard moqueur de certaines dans mon dos. Mais j’étais plus préoccupée par comment me ressaisir et filer de là en douce.

Aujourd’hui, je vous raconte cette journée et je me tords de rire. Sacrée mummy !

Maman avez-vous déjà vécu pareille situation ?

Premier jour de classe? Départ à la crèche / garderie ? Raisons professionnelles ? Déplacement à l’étranger ? Comment avez-vous vécu le jour où votre bout ’chou devait aller se frotter au monde extérieur loin de vous ?

Racontez-nous cette première fois.